Dénigrement et attaques : culpabiliser le consommateur

Pourtant boire de l'eau de source, c'est boire une eau naturelle, non traitée, au contraire de l'eau du robinet

Depuis quelques années, notre industrie agroalimentaire fait l'objet de campagnes de dénigrement, voire d'attaques directes de divers opérateurs publics et privés dont les motivations sont loin d'être claires. Curieusement d'ailleurs, elles se focalisent essentiellement sur l'eau embouteillée, ce qui tendrait à démontrer que la confiance que nous accordent les consommateurs fait des envieux et surtout amènent les non-consommateurs d'eau embouteillée à s’interroger sur des questions qui ont été jusqu'à présent souvent occultées. 


D'autres attaques cachent mal les objectifs idéologiques d'un choix de société qui dictent aux consommateurs un mode de vie qu'ils ne partagent pas. Pour parvenir à leurs fins, une des stratégies de nos détracteurs consiste précisément à culpabiliser le consommateur sur son mode de consommation, en l’occurrence, boire de l’eau en bouteille. Alors que c’est l’un des emballages les mieux recyclés (voir rubrique recyclage). La concurrence saine et loyale fait partie de notre métier et nous y sommes habitués. 


La concurrence déloyale existe aussi dans notre métier et nous savons qu'elle est d'autant plus déloyale qu'elle émane le plus souvent de secteurs en situation de monopole, et dont le produit n’est pas aussi transparent qu’on veut nous le faire croire.  L'eau du robinet est une eau traitée au chlore, à l'aluminium, aux orthophosphates, ce qu'oublient de dire les distributeurs, au contraire des eaux de sources qui ne subissent aucun traitement, car elles n'en ont aucunement besoin, et c'est de surcroît interdit (voir rubrique Tout savoir). 


C'est un choix que de boire de l'eau traitée, c'est un choix que de vouloir préserver son corps. Mais aussi d'avoir en bouche le bon goût naturel de l'eau, de vouloir réduire les rejets de produits dans l'environnement et dans l'eau, car chaque traitement n'est jamais anodin.