Différence Eau de Source / Eau du Robinet

Les Eaux du Robinet et les Eaux de Sources sont-elles comparables ?

Les Eaux de Sources doivent respecter dans leur état naturel, les limites de qualité microbiologique des Eaux Minérales Naturelles et comme la réglementation les y oblige, elles suivent les limites de qualité physico-chimique des eaux destinées à la consommation humaine, à savoir, celles du robinet figurant dans l’arrêté du 14 mars 2007.


Consulter :Téléchargement-réglementation eau Microbiologie propre aux Eaux de Sources et aux Eaux Minérales : Elles ne font l’objet d’aucun traitement de désinfection microbiologique quel qu’il soit et ne contiennent, bien entendu, aucun désinfectant rémanent. Les limites de qualité microbiologique des Eaux de Sources sont nettement plus sévères que les eaux du robinet :


- Absence de germes témoins de contamination fécale, de bactéries opportunistes potentiellement pathogènes (Pseudomonas aeruginosa), de micro-organismes pathogènes (Legionella species et Legionella pneumophila), de parasites (Cryptosporidium, Giardia), d’algues ou de moisissures ;
- La recherche de ces micro-organismes est effectuée sur un volume d’eau plus important (250 ml au lieu de 100 ml pour Escherichia coli, coliformes, Streptocoques fécaux et Pseudomonas aeruginosa - 50 ml au lieu de 20 ml pour les Clostridium perfrengens) ;
- Seul le dénombrement total reste fixé à 1 ml ;
- Pour les eaux du robinet, on n’exige seulement que l’absence d’Escherichia coli (E. Coli) et d’entérocoques dans 100 ml.


Ces exigences écartent de facto toutes les eaux superficielles ou d’origines karstiques. L’absence d’algues, de moisissures et de parasites (Cryptosporidium et Giardia) est aussi un indice supplémentaire de la protection de la ressource souterraine. 


Physico-chimie : Les eaux du robinet et les Eaux de Sources doivent respecter les mêmes limites de qualité physico-chimique. Or, ces limites de qualité sont en fait des limites de sécurité sanitaire exprimées, pour chaque substance chimique jugée dangereuse pour la santé et uniquement celles-ci, en limite maximale par litre d’eau (milligrammes par litre ou microgrammes par litre). Avoir les mêmes limites (ou critères) de qualité de paramètres sanitaires ne signifie nullement que les eaux contiennent les mêmes quantités d’éléments chimiques. 


L’exemple des nitrates est éloquent : la teneur limite des nitrates dans l’eau est fixée à 50 mg/l. L’eau du robinet peut donc en contenir jusqu’à cette valeur, voire la dépasser comme en Bretagne. Si l’on prend comme exemple l’Ile-de-France, plus de 6 millions d’habitants sont alimentés par des eaux d’origine diverses dont les teneurs moyennes en nitrates sont de 20 mg/l avec un maximum de 40 mg/l. Par contre, les concentrations en nitrates sont en grande majorité inférieures à 10 mg/l dans les Eaux de Sources en raison de leur origine souterraine et leur protection naturelle.