Intempéries, inondations : les bouteilles d'eau à la rescousse

C'est toujours le même scénario, quand le réseau d'eau potable lâche, heureusement, il y a les eaux embouteillées

Ariège : 34 communes sans eau potable pendant 3 jours. Hérault : les eaux des réservoirs troublées par les eaux de ruissellement. A Lodève, 42000 bouteilles ont été distribuées à la population le temps de remettre en route le circuit de distribution d'eau potable endommagé par des pluies diluviennes. L'eau produite par les syndicats présente la plupart du temps, dans ces conditions extrêmes, des turbidités dépassant la limite de qualité fixée par le Code de la Santé Publique.

Dans le Var, ce n'est guère mieux, un Arrêté préfectoral a été pris pour plusieurs petites communes pour "prévenir tous risques d'intoxication". A Barjols, l'eau distribuée est même déclarée "bactériologiquement non conforme".

Mais voilà, pluie ou pas pluie, orages ou pas orages, les populations sont habituées à ce que l'eau coule du robinet, claire, propre, potable. Et pourtant cela ne coule pas de source, et le 100 % sécurité n'existe pas. La preuve, c'est qu'en cas de déchaînements des éléments naturels, on se rend compte que les populations se retrouvent dans une détresse et une dépendance sanitaires immédiates. 


Et qui d'autres que les eaux en bouteilles peuvent approvisionner immédiatement les habitants, privés d'eau courante, en une eau bactériologiquement saine, 100 % sûre et de qualité. Personne. C'est indéniable, dans l'approvisionnement en eau, dans la consommation quotidienne, les eaux en bouteilles jouent un rôle essentiel dans la vie des gens. Nul ne saurait le remettre en cause.


 


Dans les Pyrénées cathares, plus de 34 communes ont été privées d'eau en raison de la turbidité de celle-ci. A chaque intempérie, c'est le même scénario qui se joue, heureusement, les habitants peuvent compter sur un ravitaillement en bouteilles d'eau. (Photo : Dépêche du Midi).