Introduction

Il s’agit d’une mention facultative destinée à valoriser les produits du terroir et notamment les eaux conditionnées.

La dénomination d’Eau de montagne est attribuée par le Préfet selon des critères et un cahier des charges précis comportant notamment la situation du captage en zone montagneuse.

Actuellement, la dénomination « d’eau de montagne » représente 13 % des ventes dans l’hexagone.
Un arrêté du Préfet de Région donne droit à l’utilisation du terme « montagne » sur les étiquettes, après avis de la Commission Régionale des Produits Alimentaires de Qualité (CORPAQ). Cette mention est destinée à valoriser ces produits conditionnés en zone rurale et ne concerne pas uniquement les eaux conditionnées (décret du 15 décembre 2000).
Le Syndicat des Eaux de Sources, membre fondateur et Vice-Président, est adhérent à l’Association « Altitude » dont la vocation est de réunir, défendre et promouvoir, sous un identifiant commun, les produits de montagne tels qu’ils sont définis en France par le Code Rural (Articles R641-32 à 44).


Est considérée comme eau de montagne, une eau captée à au moins 600 mètres d'altitude (en Métropole). Pour les Antilles : au moins 350 mètres.


Outre les eaux de sources, les viandes porcines et bovines, produits laitiers, eaux minérales naturelles bénéficient également de cette appellation.



LISTE DES EAUX DE SOURCES DE MONTAGNE