L’eau que nous buvons

Rien ne ressemble plus à l’eau que l’eau ; difficile de s’y retrouver dans le maquis des eaux. Pourtant elles sont toutes différentes, que ce soit pour leurs origines, leurs qualités ou leur mode de distribution : 


> EAU DU ROBINET : elles proviennent pour 1/3 d’eau de surface et le reste d’eau plus ou moins souterraine notamment des nappes phréatiques. Les traitements dont elles font l’objet sont plus ou moins importants selon le degré de pollution d’eau brute et peuvent aller jusqu’à l’osmose inverse ou la nanofiltration. Dans tous les cas, elles font l’objet d’une chloration pour diverses raisons et en particulier pour protéger l’eau des nombreuses fuites dans les réseaux plus ou moins vétustes estimées par les Agences de Bassin à 30 %. 


> Eaux traitées à domicile avec des dispositifs individuels : ils sont destinés à pallier une mauvaise qualité de l’eau du robinet (turbidité, chlore). Les traitements consistent en une filtration sur charbon actif pour enlever le chlore et parfois un passage sur des résines échangeuses d’ions pour éliminer des nitrates. Aucune réglementation à l’heure actuelle n’existe pour ce type de traitement domestique et les résines anioniques ne sont pas conseillées par les Pouvoirs Publics : problème de microbiologie et de relarguage. 


> Eaux embouteillées : 


- Eaux de sources ;
- Eaux minérales naturelles ;
- Autres eaux : il n’en existe pas pour l’instant en France.


Leurs caractéristiques communes sont leur origine naturelle et profonde, la protection de la ressource et l’interdiction de tout traitement chimique notamment de désinfection. Elles sont toutes équilibrées et possèdent un goût qui leur est propre et lié à la géologie du terrain.