La fausse affaire de la dioxine importée du Canada pour discréditer l’eau en bouteilles

En matière de rumeur et de désinformation scientifique, l’industrie de l’eau en bouteilles aura tout vu ou presque. Et Internet via Google est une formidable machine à fabriquer de l’angoisse à peu de frais pour manipuler les consommateurs. Cela ne coûte pas cher, c’est à la portée de n’importe quel illuminé ou activiste : le prix d’un blog, ou d’un mailing dans des forums, mais cela peut rapporter gros : faire parler de votre thématique, de votre association.


Et peu importe le message. C’est ce qui s’est passé tout récemment avec les bouteilles d’eau en plastique qui produiraient de la dioxine quand on les laisserait au soleil... puis des cancers... Rien que cela. D’ailleurs, la journaliste qui a produit une des premières la missive sur son blog, Patricia Turcotte, a raison de sourcer son papier, Action Massive Ecologique. Au moins, on est rassuré sur les références !


Le même article, à la virgule près, se retrouve sur une cinquantaine de sites et blogs sur la toile, y compris sur celui de la Légion étrangère ! Pourquoi ? Il est vrai que l’on peut imaginer que dans le désert, une bouteille abandonnée dans un convoi... Soyons sérieux cinq minutes. Pourquoi affoler les populations ainsi ? Secret d’Etat. Essaimer ainsi une fausse information sur la toile s’appelle du buzz, pour faire parler de soi ou encore, diffamer un produit, une personne. C’est gratuit. 


Il faut savoir que la dioxine est un résidu essentiellement formé lors des combustions industrielles ou naturelles. Les plus grands producteurs de dioxine sont les incinérateurs de déchets. C’est dans le sol que la teneur en dioxine est la plus forte. Les dioxines sont des résidus essentiellement formés lorsque 3 conditions suivantes sont réunies: 


• Hautes températures (supérieures à 350°) et/ou combustion incomplète ;
• Présence d’acide sulfurique organique ;
• Présence de chlore. 


A aucun moment, dans les bouteilles d’eau en plastique, ces conditions ne sont réunies. CQFD. En conclusion, les auteurs de ces textes sont de dangereux manipulateurs de l’outil Internet qui n’ont pour seul but que de travestir la réalité scientifique afin de désinformer les consommateurs d’eau en bouteilles et de nuire à cette même industrie. Pour information, la dioxine de Seveso est la seule dioxine reconnue cancérigène pour l’homme, d’après le Centre International de Recherche sur le Cancer.