25-11-2013

Pas de phtalates dans les eaux de sources en bouteilles

Les bouteilles d'eau soumises à la réglementation alimentaire européenne et au Code de la Santé Publique

 


Les phtalates sont partout dans notre environnement sauf dans les bouteilles plastique au contraire de ce que l'on peut voir écrit parfois dans certains articles de presse. Les phtalates sont dans les parfums, les déodorants, les shampooings, les peintures, les vernis. Il y  en a dans les jouets. Mais jamais dans les bouteilles d'eau. Pourquoi ? Les phtalates sont des plastifiants que l'on retrouve dans la fabrication du PVC (polychlorure de vinyle). 


Les bouteilles plastique des eaux de sources, elles, sont faites en PET (Polyéthylène Téréphtalate), un tout autre matériau, matériau barrière qui ne comporte aucun additif et qui fait preuve d'une grande inertie chimique dans l'eau. Elles ne sont en aucun cas classées dans la famille des perturbateurs endocriniens comme le Bisphénol A ou justement les phtalates.


Le PET des bouteilles plastique, au contraire des phtalates, a été choisi comme matériau de conditionnement parmi une liste positive européenne de substances. Chaque substance utilisée dans un emballage alimentaire est évaluée par l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) au regard de ses caractéristiques toxicologiques. Si nécessaire, des restrictions d'utilisation sont imposées, notamment en termes de migration globale et migration spécifique. 


La plupart de ces phtalates, au contraire du PET (Polyéthylène Téréphtalate), sont encadrées par le réglement REACH (Registration, Evaluation, Authorisation, and Restriction of Chemicals) ainsi que par le réglement CLP (Certification Labelling Packaging) et neuf de ces phtalates sont classées reprotoxiques. Et le Parlement européen vient de proposer de faire rentrer les perturbeurs endocriniens dans la réglementation REACH.


Les bouteilles plastique sont, elles, régies par le Code de la Santé Publique et la réglementation alimentaire européenne, elles ne peuvent donc pas être constituées de phtalates qui sont des perturbateurs endocriniens. Les matériaux utilisés pour le conditionnement de l'eau sont "traités ou fabriqués et utilisés de manière à éviter que les caractéristiques chimiques, microbiologiques et organoleptiques de l'eau ne s'en trouvent altérées", comme l'indique l'Article R1322-36 du Code de la Santé Publique.


Les eaux de sources en bouteilles proviennent de ressources naturellement très préservées (plusieurs centaines de mètres de profondeur), elles ne peuvent donc être mises en contact avec des perturbateurs endocriniens.


Lorsque les eaux de sources sont mises en bouteilles, directement depuis la source, sans aucun traitement, des règles très strictes, correspondant à des critères d'hygiène et des normes européennes sont appliquées par les industriels du secteur.


A chaque étape des chaînes d'embouteillage, est appliqué aujourd'hui le fameux : HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Points).