19-04-11

Trop de fluor dans l'eau des écoliers du Médoc

Finalement, ils boiront de l'eau en bouteille

Source : Sud-Ouest
18 avril 2011 06h00 | Par Louis Le Cor 1 commentaire(s)
Lesparre-Médoc
Une eau trop riche en fluor pour les enfants

CONSOMMATION Quatre bourgs sont concernés : Arsac, Cantenac, Margaux et Soussans. Dès le 26 avril, des bouteilles vont être distribuées dans les structures accueillant les - de 12 ans.

L'Organisation Mondiale de la Santé autorise une concentration maximale de fluor de 1,5 mg /l. Dans quatres communes du Sud-Médoc, le taux est compris entre 1,9 et 2,1 mg/l. ARCHIVES « SO »
    

Arsac, Cantenac, Margaux, Soussans : ces quatre communes du Sud-Médoc vont devoir réviser à compter du 26 avril leur consommation en eau. L'opération concernera les enfants de moins de 12 ans. Explications.

Depuis plusieurs années, le rapport du Syndicat Intercommunal de l'Eau et de l'Assainissement (SIEA) de ces villages pointe un taux de fluor non conforme à la norme en vigueur préconisée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Celle-ci autorise une concentration maximale de 1,5 mg/l.

En septembre dernier, un nouveau relevé faisait état de mesures nettement supérieures aux préconisations de l'OMS. Jean Renoud, Président du SIEA, annonçait alors la commande d'une étude proposant des solutions techniques pour réguler le taux de fluor dans les eaux locales, solutions supportables financièrement par le syndicat.

Des solutions envisagées
La moins onéreuse et la plus naturelle consiste à diluer l'eau distribuée, provenant des forages de Margaux et Arsac, avec de nouvelles ressources moins chargées en fluor. Une étude hydrogéologique, réalisée à la demande du syndicat, a déterminé plusieurs zones pour faire ces puits de reconnaissance, dont deux à proximité des châteaux d'eau d'Arsac et de Margaux.

Le Président est prudent : « Il reste une incertitude quant aux résultats. Il faut que les taux de fluor soient nettement inférieurs à 1,5 mg/l pour que la dilution soit possible. Nous connaîtrons les conclusions des analyses d'ici la fin de l'année. S'il n'est pas possible de faire baisser le taux de fluor par dilution, il faudra alors adopter des solutions de traitement physico-chimique. Mais elles sont contraignantes, chères et risquent d'augmenter sensiblement le prix de l'eau au mètre cube ».

En août 2010, le SIEA a déposé une demande de dérogation à l'Agence Régionale de Santé (ARS) pour pouvoir distribuer une eau présentant un taux compris entre 1,5 mg/l et 2 mg/l. Cette demande de dérogation, complétée début 2011, est en cours d'instruction auprès des services de l'état.

En accord avec les communes
Les conclusions sanitaires de l'ARS indiquent que l'eau peut être consommée sans réserve par les adultes et avec une restriction pour les enfants de moins de 12 ans. Elle recommande à la population de restreindre les apports non hydriques en fluor comme le sel fluoré et les suppléments médicamenteux, dentifrice au fluor par exemple.

À partir du mardi 26 avril, pour satisfaire à ces recommandations, le SIEA a pris des dispositions afin que des bouteilles d'eau soient distribuées dans les structures communales et intercommunales accueillant des enfants de moins de 12 ans. La CdC Médoc Estuaire fournira l'eau embouteillée à l'ensemble des structures et organisera les livraisons en accord avec les communes.

Jean Renoud souhaite rassurer les usagers : « La valeur limite de 1,5 mg/l préconisée par l'OMS correspond à une consommation de 2 l d'eau par jour, ce que peu d'enfants de moins de 12 ans consomment. Les eaux minérales contiennent, pour beaucoup d'entre elles, un taux de fluor largement supérieur à 1,5 mg/l, certaines, notamment les eaux gazeuses, atteignent 8,9 mg/l ».

Vos commentaires 1 Réagir

1
cranach
18/04/2011, à 17h05
Si dès le départ, on avait distribué l'eau de source en bouteille la moins chère pour les enfants (0,12 centimes le litre), on n'aurait pris aucun risque, et cela aurait évité toutes ces études inutiles, ces coupages d'eau, pour faire absolument boire de l'eau du robinet aux gosses ! On en arrive à des absurdités, des contorsions administratives ubuesques pour sacrifier à la mode du tout robinet, jusqu'à presque empoisonner les enfants ! Je n'ai plus d'enfants en âge d'aller dans les écoles primaires ou maternelles, mais je trouve inadmissible qu'on les oblige à boire de l'eau du robinet, ils devraient avoir le choix.