LES FAUSSES BONNES SOLUTIONS

Toute solution susceptible d’éviter le gaspillage de matière première est  prendre en considération. Mais encore faut-il aborder en détail toutes les facettes d’un tel process en prenant en considération le bilan global énergétique, le bilan environnemental (transport, l’eau du process, l’air, etc…), le bilan humain, l’emploi, etc…

Faute de quoi, une démarche incomplète ne serait qu’illusion.

Quelles solutions trouve t’on ?

La consigne des emballages : La viabilité de ce système est très discutable en raison des trajets routiers de retour des bouteilles vides.

La réutilisation (parfois dénommée re-remplissage) : Une récente étude réalisée par les Pouvoirs Publics allemands a montré que ce système était économiquement non viable et désastreux sur le plan environnemental pour plusieurs raisons : poids des bouteilles nettement supérieur pour les multiples lavages, gaspillage d’eau de lavage et rejets de détergents et de chlore, multiples trajets routiers aller/retour entre les distributeurs, leurs clients et les usines d’embouteillage.

L’incinération : Les bouteilles plastiques partant à l’incinération possèdent un grand pouvoir énergétique utilisé comme combustible des ordures. Supprimer l’incinération des emballages de cette nature nécessiterait de compenser la combustion par l’équivalent en apport de combustible. Un recyclage du PET est encore la meilleure formule environnementale.