Les eaux en bouteilles ont toujours été conformes à la réglementation

Elles ne contiennent aucun polluant comme l’a prétendu « 60 Millions de Consommateurs » affirme le Ministère de l’Écologie

Les eaux en bouteilles sont conformes à la réglementation européenne transposée en droit français, a répondu le 6 août 2013 dans le Journal Officiel, le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, à propos du dossier « Qualité de l’eau, difficile d’échapper aux polluants » publié en avril 2013 par « 60 Millions de Consommateurs » concernant d’éventuelles traces de polluants retrouvées dans les eaux en bouteilles :

Article « Difficile d’échapper aux polluants » – « 60 Millions de Consommateurs » n° 481 d’avril 2013

« Les eaux en bouteilles sont soumises à plusieurs niveaux de contrôles réguliers de qualité qui reposent sur la surveillance journalière effectuée par l’exploitant et l’action de contrôle des autorités sanitaires régionales, rappelle le Ministère de l’Écologie ».

« La vérité sur les polluants, le Syndicat des Eaux de Sources rassurant » :

Le 24 septembre 2015, la Fédération Nationale des Eaux Conditionnées et Embouteillées (FNECE) regroupant la Chambre Syndicale des Eaux Minérales (CSEM) et le Syndicat des Eaux de Sources (SES) a publié un communiqué de presse sur « La très grande qualité des eaux embouteillées en France confirmée par une étude scientifique inédite du Laboratoire Mixte CNRS – Université de Bordeaux » :

Télécharger le communiqué de presse

Le 24 mars 2017, la revue « Science of the Total Environment » a publié un article sur la campagne contaminants émergents démontrant l’absence de contaminants dans les eaux embouteillées contrairement à l’article de « 60 Millions de Consommateurs » :

Article sur la campagne contaminants émergents paru dans la revue « Science of the Total Environment » le 24-03-2017

Aujourd’hui, c’est au Ministère de se montrer rassurant. Notamment en émettant des doutes sur les modalités de la réalisation de l’enquête de « 60 Millions de Consommateurs » pas connues des autorités sanitaires françaises.

Une chose est sûre : « Il n’y a pas lieu de remettre en cause la sécurité sanitaire des eaux en bouteilles françaises ».

Lorsque des prélèvements sont effectués, ils le sont par les Agences Régionales de Santé ou des laboratoires agréés par le Ministère de la Santé. Les prélèvements sont ensuite analysés par un laboratoire agréé par le Ministère chargé de la Santé selon des modalités prévues par la réglementation européenne.

70 paramètres ont été recherchés. Les substances pharmaceutiques n’en faisaient pas partie, car les connaissances en la matière sont insuffisantes, notamment l’étalonnage de ces substances pour le corps humain (évaluer la quantité d’une substance pharmaceutique dans l’environnement et sa dangerosité).

Le dernier bilan de la qualité des eaux embouteillées réalisé par les Agences Régionales de Santé, dans le cadre du contrôle réglementaire pour l’année 2014 montre que :

Le programme du contrôle sanitaire s’est traduit en 2014 par la réalisation de plus de 4.800 prélèvements d’échantillons d’eau et le recueil de plus de 230.000 résultats analytiques.

Télécharger le rapport de la DGS pour 2014

« Environ 97,5 % des prélèvements d’échantillons d’eau réalisés en 2014 dans le cadre du contrôle sanitaire de l’eau, que ce soit à la ressource ou au point de conditionnement de l’eau, respectent l’ensemble des limites de qualité fixées par la réglementation nationale pour les paramètres recherchés. Sur ces mêmes points de prélèvements, 99,9 % des analyses sont conformes aux limites de qualité fixées par la réglementation nationale. De manière générale, les prélèvements non conformes révélés lors du contrôle sanitaire, mais également ceux révélés dans le cadre de la surveillance menée par l’exploitant en complément du contrôle sanitaire, ou dans le cadre des inspections des services des fraudes, font l’objet de mesures de gestion adéquates, afin d’assurer la qualité des eaux conditionnées en France ».

Actuellement, le Laboratoire d’Hydrologie de Nancy de l’ANSES étudie l’occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine.