Étiquetage réglementaire

Une étiquette représente pratiquement le seul moyen d’informer le consommateur sur les caractéristiques de l’Eau de Source.

Mais qu’y a t-il donc sur une étiquette d’Eau de Source ?

– la nature de l’eau : Eau de Source ou Eau de Source gazéifiée ou effervescente (ou avec adjonction de gaz carbonique),

– la dénomination commerciale : le point 2 de l’Article 8 de la Directive précitée est clair « La commercialisation sous plusieurs désignations commerciales d’une eau [minérale naturelle/de source] provenant d’une même source est interdite »,

– le nom de la source,

– le lieu d’exploitation de la source,

– le cas échéant, l’indication du traitement autorisé d’élimination des éléments instables comme le fer ou le manganèse, ainsi que la gazéification de l’eau,

– le volume du contenant,

– le logo Éco-Emballages justifiant la contribution obligatoire de l’industriel à cet organisme agréé pour le tri et le recyclage des emballages ménagers.

 

Les marques de distribution (MDD)

Rien ne s’oppose à ce que plusieurs sources parfaitement identifiées par leur localisation géographique et une composition physico-chimique différente puissent être commercialisées sous le même nom commercial : c’est par exemple le cas de Cristaline.

Dans cet exemple, il y a obligation à ce que le nom de la source soit imprimé une fois et demie plus grand que la dénomination commerciale.

Autres mentions obligatoires : traçabilité des bouteilles.

Le lecteur d’une étiquette verra imprimé sur le col de la bouteille ou parfois le bouchon, un code (ou une suite de chiffres et de lettres) assez mystérieux ainsi qu’une date libellée en clair.

Il s’agit de la mention obligatoire du lot de fabrication intégrant l’identification de la chaîne d’embouteillage, la date l’embouteillage ou toute autre signification spécifique à l’exploitant, en lien avec la DLUO.

Mais qu’est-ce vraiment la DLUO ?

La DLUO est la Date Limite d’Utilisation Optimale qui signifie que l’eau devrait être consommée de préférence avant cette date. Au-delà de cette date, les qualités gustatives de l’eau (saveur, odeur…) risquent d’être altérées sans pour autant présenter un quelconque danger pour la santé.

Le consommateur remarquera que la date correspond en général à un délai de 2 ans, parfois plus (36 mois) et quelquefois moins (quelques mois pour les eaux gazéifiées).

Cette DLUO est déterminée par l’embouteilleur mais encore faut-il que les bouteilles soient transportées et stockées chez les distributeurs puis les consommateurs dans un endroit sec et frais et à l’abri de la lumière et la poussière.

Chacun a pu constater que les palettes d’eau sont le plus souvent stockées dans les entrepôts des distributeurs et le plus souvent sur les parkings des supermarchés, qu’il pleuve, neige, vente ou au contraire en plein soleil. Malgré les mises en garde des embouteilleurs, il ne semble pas que cette situation soit prête de changer. Or, le Code de la consommation est clair à ce sujet, le distributeur est responsable du stockage des produits placés sous sa responsabilité.

C’est pourquoi, avant l’expédition, les producteurs enrobent les palettes d’une housse opaque filtrant les rayons UV.

Attention à ne pas confondre la DLUO avec la Date Limite de Consommation (DLC) qui s’applique exclusivement à tous les produits et denrées périssables au-delà desquels ils deviennent impropres à la consommation, voire dangereux.

Ce n’est bien sûr pas le cas des eaux embouteillées.

La gamme de volumes des emballages d’eau est variée : 12,5 ; 20 ; 25 ; 33 ; 50 ; 75 ; 100 ; 125 ; 150 ; 200 ; 500 ; 800 cl. Ce sont les volumes des eaux que l’on rencontre généralement sur les linéaires des supermarchés.

Mentions facultatives

La composition de l’Eau de Source mentionnée facultativement sur la quasi-totalité des étiquettes est une information aux consommateurs, à défaut d’une information nutritionnelle qui n’a pas la même importance que pour le cas des Eaux Minérales Naturelles.

CARTE DES SOURCES

eaux-de-sources

ESPACE ADHÉRENT